sur LA TERRASSE : Théâtre - Critique

Cap au pire

Jacques Osinski retrouve Denis Lavant pour porter à la scène l’un des derniers textes de Samuel Beckett. Une performance sensorielle sculptée par les mots, dans une pénombre traversée de constellations.