Théâtre - Critique

Boulevard Davout du Collectif OS’O, entre fiction et documentaire



La Colline hors les murs / Collectif OS’O

C’est une fin de journée. Les transports sont pleins. Sur le boulevard Davout, qui relie les Portes de Bagnolet et de Vincennes, le tramway fait sonner sa cloche, les vélib’s roulent à vive allure, les derniers enfants rentrent chez eux. C’est devant la piscine Yvonne Godard que trois groupes s’organisent, pour partir à la découverte de cette inattendue création à travers l’asphalte du quartier. Il fait encore jour en ce début d’automne lorsque la déambulation débute, longeant la piscine et ses effluves chaudes de chlore, avant d’emprunter des escaliers donnant sur les cours d’aquagym du soir, pour s’arrêter finalement sur le toit végétalisé du bâtiment. La première histoire commence. Un habitant du quartier erre, désespéré et suicidaire. Une habitante de la piscine  (curieuse et très amusante) le surprend. Une discussion entre les deux inconnus s’instaure, sur la vie et surtout la mort. Comment ? Quand ? Pourquoi ? Les répliques attirent quelques curieux dont les balcons offrent une vue plongeante sur le toit de la piscine. La scène s’étend alors au public. Ici, les murs du théâtre n’existent plus.

Au ballet des comédiens se mêlent passants et public

On ne racontera pas les histoires car elles méritent d’être découvertes : les comédiens et comédiennes déboulent tour à tour en pleine rue, dans un ballet savamment millimétré, et tandis que le groupe se laisse guider dans les espaces urbains, la réalité rattrape la fiction. Les temporalités se mêlent, les générations se rencontrent, les fantômes du passé surgissent et bousculent le présent, dans une forme de douceur, sans visée revendicatrice. Une promotrice immobilière et son architecte désabusé, un « zonier » natif du quartier, une assistante sociale et Abdias, qui cherche désespérément un logement, évoluent dans cet espace sans frontière, que les passants de la rue traversent sans savoir ce qui s’y trame. Au terme de deux heures (écharpes, gants et bonnets sont vivement conseillés), un leitmotiv s’est imposé : l’espace urbain produit des anonymes, des gens ordinaires, et réciproquement. Plus encore : nous sommes ces anonymes. Palpitante et insolite, la déambulation se termine alors qu’il fait (déjà) nuit. Les histoires résonnent encore dans la rue tandis que nous nous attendons, sur le chemin du retour, à croiser un énième personnage fantastique.

Louise Chevillard

 

A propos de l'événement


Boulevard Davout
du mercredi 28 septembre 2022 au dimanche 16 octobre 2022

2, rue Serpollet, 75020 Paris

Du mercredi au vendredi à 18h30, le samedi à 14h30 et 18h30, le dimanche à 11h et 15h. Tel : 01 44 62 52 52. Durée : environ 2h.


A lire aussi sur La Terrasse

  • - Critique

Phia Ménard donne un coup de jeune à l’opéra de chambre de Philip Glass

À l’invitation de la Co[opéra]tive, Phia [...]

  • - Agenda

Le prodigieux sitariste Nishat Khan en concert

Le prodigieux sitariste nous convie dans son [...]

  • - Critique

New Creation, une traversée fascinante par Bruno Beltrão

On connait la déferlante Beltrão et son hip [...]