Avignon - Gros Plan

Portrait / Ariane Ascaride
Théâtre Le Petit Louvre / de Marie Desplechin / mes Thierry Thieû Niang

Touchée par les fées

Publié le 26 juin 2016 - N° 245

Du jardin du Lycée Saint-Joseph (pour le Festival In en 2010) au Théâtre Le Petit Louvre (pour le Festival Off en 2016), Ariane Ascaride poursuit son parcours libre et singulier. Elle présente une nouvelle version de son solo autobiographique Touchée par les fées.

Ariane Ascaride
Crédit photo : Richard Schroeder / Contour by Getty Images
Ariane Ascaride Crédit photo : Richard Schroeder / Contour by Getty Images

« Un solo à travers lequel je parle de ce qui me compose : les contes qui m’ont bercés, la fantaisie de mon père qui était comme un personnage de roman, le rapport très fort qui me lie, depuis mon enfance, au théâtre, comme à toutes les choses ayant trait à l’irréalité. » C’est en ces termes qu’Ariane Ascaride nous présentait Touchée par les fées, il y a un an, à l’occasion de la reprise de ce solo autobiographique (créé dans le cadre des Sujets à vif du Festival 2010) au Théâtre de l’Aquarium*. Un solo évolutif, qui s’enrichit, à chacune de ses versions, de nouvelles perspectives. Pour cet opus présenté au Petit Louvre, pas de changements radicaux. Les mêmes souvenirs familiaux, les mêmes événements qui ont façonné, depuis l’enfance, le parcours de la comédienne. Avec quelques suppléments liés à un besoin grandissant d’indépendance et à sa relation avec l’œuvre de William Shakespeare.

 Le théâtre : un domaine du sacré                                                            

Car si Ariane Ascaride est avant tout connue pour les rôles qu’elle a interprétés au cinéma (notamment dans les films de Robert Guédiguian), elle entretient un rapport fort et particulier au théâtre. « J’ai toujours dit que les théâtres étaient comme des églises, déclare-t-elle. Un théâtre et une église ont en commun que leurs murs, leurs planchers ont absorbé l’énergie de milliers et de milliers de gens venus à une heure précise se recueillir. L’acte de jouer, de créer, est pour moi d’une importance fondamentale. On ne peut pas traiter cela sans conscience, sans responsabilité profonde. » Pour Ariane Ascaride, la scène, le jeu, le lien aux spectateurs constituent un autre domaine du sacré. C’est d’ailleurs au sein d’une chapelle, celle du Petit Louvre, qu’elle nous donne rendez-vous cet été.

* La Terrasse n° 232, mai 2015.

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l’évènement
Touchée par les fées
du 7 juillet 2016 au 30 juillet 2016
Chapelle des Templiers
3 Rue Félix Gras, 84000 Avignon, France

à 16h35. Relâches les 12, 19 et 26 juillet. Tél. : 04 32 76 02 79.


Commentaires
0 commentaire(s)
Laisser un commentaire


A ne pas manquer actuellement dans La Terrasse