Avignon - Entretien / Yan Duyvendak

La Manufacture / de Yan Duyvendak et Omar Ghayatt

Still in Paradise

Publié le 25 juin 2017 - N° 256

Deux performers, un suisse et un égyptien, tentent de saisir ce qui les sépare. Une réflexion sur les rapports entre l’Occident et le monde musulman à travers la rencontre de deux individus.

Légende : Yan Duyvendak
CR : Isabelle Meister
Légende : Yan Duyvendak CR : Isabelle Meister

Still in Paradise prolonge Made in Paradise qui avait connu un grand succès…

Yan Duyvendak : Omar et moi avons créé Made in Paradise en 2007 et le spectacle a tourné jusqu’en 2014. Nous souhaitions l’arrêter car nous l’avions créé dans le paradigme du choc des civilisations créé par le 11 septembre 2001. Les Printemps arabes étaient passés par là et avaient donné une autre image des pays musulmans. Puis on s’est aperçu que la situation avait empiré. Et que ce qui était de l’incompréhension pouvait avoir dégénéré en haine. On s’est donc dit qu’on allait le continuer en l’adaptant et en tenant compte maintenant de la question des réfugiés.

Quelle est la genèse de ce projet ?

Y.D. : Omar et moi nous sommes rencontrés au Caire puis en Suisse à l’occasion de résidences que nous menions respectivement dans le pays de l’autre. Je voulais faire entendre la voix des Egyptiens pour briser les représentations très monolithiques que nous pouvons avoir du monde musulman. Et cette rencontre de l’autre, nous avons fait le pari de la mener ensemble, Omar et moi. Il est non seulement égyptien et moi suisse, mais nous ne sommes pas de la même classe sociale, et lui est musulman croyant et moi athée. Nous avons pris comme matière nos désaccords, les sujets brûlants dont on s’est dit qu’il fallait les prendre de front si on veut vraiment tenter la rencontre entre l’Orient et l’Occident.

« Nous avons pris comme matière nos désaccords, les sujets brûlants dont on s’est dit qu’il fallait les prendre de front. »

Comment fonctionne le spectacle concrètement ?

Y.D. : Ce n’était pas possible de faire une synthèse des problèmes que pose cette rencontre entre l’Orient et l’Occident. Nous avons donc décidé de procéder par fragments. Nous commençons par faire une sorte de bande-annonce de ces fragments et les gens votent, font leur choix. Il y a par exemple un fragment où on demande aux spectateurs de s’exprimer sur ce qu’ils savent de l’Islam, un autre où l’on aborde les manières de représenter le monde musulman dans le cinéma hollywoodien. Et bien d’autres encore.

On est donc plus dans une performance qu’au théâtre ?

Y.D. : Il y a une grande variété de fragments, chacun a une forme différente. Certains sont plus théâtraux, d’autres plus performatifs. Il n’y a pas de rapport scène-salle. Nous sommes tous ensemble sur un grand espace. On demande aux gens de retirer leurs chaussures en entrant. On bouge dans la salle. La rencontre se fait aussi entre spectateurs, on entreprend de constituer un collectif.

Propos recueillis par Eric Demey

A propos de l’évènement
Still in Paradise
du 6 juillet 2017 au 26 juillet 2017
Avignon Off. La Manufacture
2 Rue des Écoles, 84000 Avignon, France

à 22h30, relâche les 12 et 19 juillet. Tél : 04 90 85 12 71.


Commentaires
0 commentaire(s)

Les commentaires sont fermés.

Laisser un commentaire


A ne pas manquer actuellement dans La Terrasse