Théâtre - Critique

Shock Corridor

© Jean-Louis Fernandez Shock Corridor, une réussite.

Nouveau Théâtre de Montreuil / d’après le film de Samuel Fuller / adaptation et mes Mathieu Bauer

Mathieu Bauer compose un bel hommage théâtral et musical à Samuel Fuller et à son film culte Shock Corridor (1963), avec de formidables jeunes comédiens issus de l’Ecole du Théâtre National de Strasbourg.  

A travers ce palpitant spectacle, Mathieu Bauer réussit un pari difficile, qui satisfait diverses exigences qui se répondent et s’entrecroisent. Sa passion du cinéma, du théâtre et de la musique se synthétise ici en une écriture formidablement équilibrée, qui agence ses effets avec maestria. Dans ce double hommage à la fois au film culte Shock Corridor et à son auteur Samuel Fuller, dans cet éloge aussi des acteurs de second plan, ceux qui travaillent « en bordure de projecteur », il conjugue le jeu, le chant, la musique, le mouvement des corps avec une science qui laisse toute sa place à l’émotion. Le spectacle résulte d’un travail avec douze comédiens sortis de l’Ecole du Théâtre National de Strasbourg en 2016, une formidable équipe visiblement douée pour le jeu autant que pour la musique. Ces tout jeunes et talentueux acteurs amorcent leur carrière, en quête de reconnaissance et d’attention, et alors que la pièce aborde le sujet même de l’art de l’acteur, cette transmission prend un relief particulier. D’autant que malgré la violence des thématiques, le plaisir du jeu est une évidence. Pour Mathieu Bauer à la batterie et son complice Sylvain Cartigny à la guitare, qui impulsent le rythme, et aussi pour ces jeunes pousses qui ont la chance d’être ici en pleine lumière. Parmi les personnages, Samuel Fuller lui-même, cigare aux lèvres, qui commente son parcours, deux narratrices, et les protagonistes de l’histoire. Qui pour certains parfois quittent leurs rôles pour parler au nom des acteurs qui les ont interprétés (James Best, Chuck Roberson, Larry Tucker…). L’ensemble se décline avec fluidité, et compose un hommage maîtrisé à Samuel Fuller, que le cinéphile Mathieu Bauer confie admirer profondément. Copy boy à quatorze ans, reporter pour les affaires criminelles à dix-sept, soldat au cours de la Seconde Guerre mondiale, y compris pendant les débarquements d’Afrique du Nord et de Normandie, le cinéaste a  toujours lutté pour servir la vérité plus que l’enjolivement du réel, s’inscrivant contre la niaiserie de certains happy ends hollywoodiens.

Célébrer l’art de Fuller et le plaisir du jeu  

Dans Shock Corridor, œuvre épurée et affranchie des conventions, il radiographie les peurs de l’Amérique des années 60. L’intrigue est centrée sur un journaliste ambitieux qui se fait interner dans un hôpital psychiatrique afin de résoudre l’énigme d’un meurtre qui a eu lieu en son sein, et de pouvoir ainsi emporter le Prix Pulitzer par son récit. Il convainc son épouse réticente de participer à la supercherie, qui petit à petit l’entraîne vers la confusion mentale. Il interroge en particulier trois patients, trois témoins dont les pathologies sont reliées à des thèmes marquants de l’époque. La ségrégation raciale, la bombe atomique, le communisme. On entend d’ailleurs la bouleversante chanson de Billie Holiday Strange Fruit, qui laisse sans voix face à la cruauté qu’elle dépeint. Inspiré aussi par le documentaire Titticut Follies de Frédérick Wiseman, le sujet central de la violence quotidienne au sein de l’hôpital psychiatrique, qui préfigure certains aspects du film magistral de Milos Forman Vol au-dessus d’un nid de coucou (1975), apparaît dans toute sa crudité, qui contraste avec la légèreté enjouée du chant. Au-delà, ce sont les déclassés,  tout un peuple d’inutiles et de marginaux qui se trouve mis en lumière dans sa fragilité. Et ce sont aussi les artistes, si perméables au réel, et si singulièrement doués pour créer à partir de leur regard sur le monde. Une réussite !

Agnès Santi

A propos de l'événement

Shock Corridor
du Mardi 10 janvier 2017 au Samedi 4 février 2017
Nouveau Théâtre de Montreuil
63 Rue Victor Hugo, 93100 Montreuil, France

Nouveau Théâtre de Montreuil – Centre dramatique national, 10, place Jean-Jaurès, 93100 Montreuil. Salle Maria Casarès. Du 10 janvier au 4 février 2017, à 20h, sauf le 29 janvier à 17h et les 1er, 2 et 3 février à 21h. Relâche les 15, 22, 23 et 30 janvier. Tél. : 01 48 70 48 90. Durée : 1h30.


Mots-clefs :

A lire aussi sur La Terrasse

Théâtre

Mon traître

Le succès de Mon traître, créé par Emmanuel [...]

Mon traître : En savoir plus
Théâtre - Critique

Europe Connexion

Comment l’assistant d’un député européen [...]

Europe Connexion : En savoir plus