Classique / Opéra - Entretien / Philippe Boesmans

Pinocchio

Philippe Boesmans aime les personnages mystérieux et imprévisibles ». © Isabelle Françaix

REGION / AIX-EN-PROVENCE / OPERA

Le Festival d’Aix-en-Provence programme la nouvelle création du compositeur belge : Pinocchio, mis en scène par Joël Pommerat.

Quel lien entretenez-vous avec Joël Pommerat ? Comment avez-vous collaboré sur Pinocchio ?

Philippe Boesmans : Après avoir travaillé sur des textes de Strindberg ou de Shakespeare, j’ai eu envie il y a quelques années de me confronter à un auteur vivant. Le directeur du Théâtre de la Monnaie de Bruxelles, Peter de Caluwe, m’a alors mis en contact avec Joël Pommerat. Et nous avons débuté notre collaboration avec Au Monde. Ensuite, le Festival d’Aix-en-Provence nous a demandé d’envisager une nouvelle collaboration sur la base d’une pièce existante. J’aimais l’univers des contes de Pommerat, comme Cendrillon ou Le Petit poucet. C’est ainsi que nous nous sommes lancés dans Pinocchio.

Qu’est-ce qui vous plaît dans son approche ?

P.B. : Ce que j’aime dans ses pièces, c’est que ses personnages ne sont jamais simples comme dans les séries télévisées ! Ils sont ambigus, ont toujours une part de mystère et sont imprévisibles, comme nous le sommes tous. Ce ne sont pas des archétypes. Joël Pommerat aime travailler sur le sens caché. Dans la musique, il faut aussi faire entendre que ce que dit un personnage n’est pas toujours la vérité. En tant que metteur en scène, Joël Pommerat cherche à faire ressortir la personnalité des acteurs, des chanteurs, sans idée préconçue de ce qu’il va faire sur le plateau.

Avez-vous des souvenirs, enfant, du conte de Pinocchio ?

P.B. : J’ai de très vagues souvenirs d’enfance de certaines images du film de Walt Disney. Le Pinocchio de Joël Pommerat est très différent car il rencontre des humains et les épreuves qu’il subit sont des épreuves que subissent beaucoup de jeunes d’aujourd’hui. Il est aussi plus âgé que dans le conte, il commence à être attiré par les femmes. Joël Pommerat veut que le théâtre dise la vérité. Pas la réalité, mais la vérité.

« Joël Pommerat veut que le théâtre dise la vérité. Pas la réalité, mais la vérité. »

Comment avez-vous construit cet opéra ?

P.B. : La forme de la musique est construite sur la même forme que la pièce de théâtre avec le même nombre de scènes et les mêmes découpes, adaptées au livret. Pour la prosodie, je reste très proche du texte, surtout qu’il est moderne et très contracté. C’est un français de rue !

Comment traitez-vous les voix dans cet ouvrage?

P.B. : J’ai toutes les voix typiques de l’opéra ! La fée est une colorature, comme dans Cendrillon de Massenet. Pinocchio est une jeune soprano. Le baryton Stéphane Degout est le Monsieur loyal qui parle au public et aux enfants, et le père est baryton-basse. Ce qui est essentiel, c’est que pour le public tout soit compréhensible. Qu’on aille à l’opéra comme au théâtre.

Quel type d’orchestration avez-vous recherché?

P.B. : Pour avoir plus de légèreté, plus de flexibilité, j’ai opté pour un très petit orchestre de 19 musiciens. C’est plus vif, et permet de changer plus facilement de tempo. C’est un orchestre plus solistique : dix-neuf virtuoses, avec aussi un piano, qui est central dans l’ouvrage, et des percussions. Il s’agit presque de la même composition d’orchestre que pour mon opéra Julie.

 

Propos recueillis par A. Pecqueur

A propos de l'événement

Festival d’Aix-en-Provence
du Lundi 3 juillet 2017 au Samedi 22 juillet 2017

380 Avenue Max Juvénal, 13100 Aix-en-Provence, France

Tél. 08 20 922 923. Places : de 8 à 270 €.


Festival du 3 au 22 juillet. Tél. Tel :  08 20 922 923. Egalement au programme : Carmen (Pablo Heras-Casado/Dmitri Tcherniakov), The Rake’s Progress (Daniel Harding/Simon McBurney),  Don Giovanni (Jérémie Rhorer/Jean-François Sivadier), Erismena de Cavalli (Leonardo García Alarcón/Jean Bellorini) et Eugène Onéguine, en version de concert (direction Tugan Sokhiev).


Site : http://festival-aix.com/fr


 


Mots-clefs :, , , ,

A lire aussi sur La Terrasse

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction