Danse - Gros Plan

Dairakudakan : Paradise et Crazy Camel

Paradise, pièce pour 21 danseurs conçue et interprétée par Akaji Marô ©Hiroyuki Kawashima

Maison de la culture du Japon à Paris et Maison de la musique de Nanterre / chor. Akaji Marô

Pour les 45 ans de sa compagnie Dairakudakan, le maître du butô Akaji Marô revient à Paris avec deux spectacles. Sa nouvelle création Paradise (2017) et Crazy camel (2012).

Le butô d’Akaji Marô est reconnaissable entre tous. De cette danse née de l’apocalypse nucléaire d’Hiroshima et Nagasaki, le fondateur et directeur de la compagnie Dairakudakan, l’artiste donne en effet une interprétation à la limite de la parodie. Teintée d’un grotesque et d’un absurde qui doivent beaucoup au théâtre japonais d’avant-garde ainsi qu’au cinéma dont Akaji Marô est également une figure majeure. Aujourd’hui septuagénaire, celui-ci poursuit sa route avec la même exigence et la même intensité. Avec le même sentiment de catastrophe imminente, qui traverse aussi bien Paradise que Crazy camel, qu’il vient présenter en France à l’occasion des 45 ans de sa compagnie. Deux pièces qui donnent à voir des expressions différentes d’un style que le danseur et chorégraphe qualifie de « Tempu Tenshiki » ou « cérémonie impulsée par les talents innés ».

Le butô entre cabaret et paradis

Comme son titre l’indique, Paradise est une représentation du paradis selon Akaji Marô. Lequel, loin de se distinguer des habituelles représentations cauchemardesques du maître, en reprend le singulier vocabulaire de rire et de mort. « Alors que je réfléchissais à ma nouvelle création, ces mots me sont venus à l’esprit : paradis, paratyphoïde, paranoïa… Que des noms de maladie ! », confirme l’intéressé qui, entouré de vingt danseurs, y compose un paradis paradoxal sur des musiques du grand flûtiste Keisuke Doi et de Jeff Mills, qui depuis 2013 a collaboré à plusieurs créations de Dairakudakan. Le pionnier de la techno minimaliste a même réalisé un film avec les neuf danseurs de la compagnie, Planets, qui sera projeté à 19h à la Maison de la Culture du Japon à Paris. Commande de cette structure, Crazy camel (2012), que l’on pourra revoir à la Maison de la musique de Nanterre, s’inscrit dans un autre registre. Celui du Kimpun Show, cabaret burlesque qui se développe dans les années 70 et permet au butô de survivre. Akaji Marô se fait ainsi ethnologue de sa propre discipline.

 

Anaïs Heluin

A propos de l'événement

Paradise et Crazy Camel
du Jeudi 30 novembre 2017 au Mardi 26 décembre 2017
Maison de la culture du Japon à Paris
101 Quai Branly, 75015 Paris, France

Paradise. Du 30 novembre au 9 décembre 2017. Le 30 novembre et les 2, 6, et 8 décembre à 20h. Le 9 décembre à 15h. Tel : 01 44 37 95 01. www.mcjp.fr


Crazy camel, Maison de la musique de Nanterre, 8 rue Anciennes-Mairies, 92000 Nanterre, France. Les 25 et 26 décembre 2017 à 20h30. Tel : 01 41 37 94 20. www.maisondelamusique.eu


Mots-clefs :, ,

A lire aussi sur La Terrasse

Danse - Agenda

Cellule

Puisant dans la violence exutoire et [...]

Cellule : En savoir plus
Danse - Agenda

Icône

Pour son deuxième opus, Sandrine Lescourant, [...]

Icône : En savoir plus

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction