Théâtre - Critique

NOUVEAU ROMAN

Les écrivains du Nouveau Roman en quête de nouvelles formes… et de reconnaissance.

Maison des arts de Creteil:Théâtre de la Colline
Texte et mes Christophe Honoré

Une partition théâtrale vivifiante, captivante et joyeuse qui met en scène les écrivains du Nouveau Roman, une famille d’une haute exigence que réinventent avec talent Christophe Honoré et les comédiens. 

Christophe Honoré met en scène une drôle et délicieuse plongée introspective s’installant au cœur de la bande des écrivains du Nouveau Roman, au cœur de cette “meute“ bavarde, de ce “panier de crabes“ ici rassemblé : une famille unie à fond sous la bannière du Nouveau Roman et composée cependant de fortes personnalités, de singularités bien distinctes. Alain Robbe-Grillet meneur de jeu (Jean-Charles Clichet), Claude Simon (Sébastien Pouderoux), Annie Mercier (Jérôme Lindon), Nathalie Sarraute (Ludivine Sagnier), Robert Pinget (Mathurin Voltz), Marguerite Duras (Anaïs Demoustier), Michel Butor (Brigitte Catillon), Catherine Robbe-Grillet (Mélodie Richard), Claude Mauriac (Julien Honoré), Claude Ollier et Françoise Sagan, “intruse“ dans l’assemblée (Benjamin Wangermée) : des acteurs formidablement libres et présents, ne cherchant pas tant à incarner qu’à rendre palpables avec humour les gestes artistiques et humains, les crises et élans foisonnants. Les comédiens se sont longuement documentés, et ont improvisé. Un point commun entre tous ces personnages écrivains : ils désirent avec acharnement et persévérance inventer de nouvelles formes, dégagée “des formes convenues du réel“. Leur volonté de faire du neuf les pousse même dans un geste juvénile et inconscient à brûler la vieille littérature !

Un vrai cinéma !

Ce qui structure les dialogues et les prises de parole, c’est soi face aux autres, soi face à son ambition, à ses échecs et ses réussites. Un vrai cinéma ! Et un régal pour le spectateur, qui découvre ainsi ce courant littéraire un peu trop cantonné aux programmes scolaires ou universitaires sous un jour… nouveau. Car ces illustres protagonistes se confrontent avec véhémence à leur démarche littéraire, à la reconnaissance de cette démarche par leurs pairs et par les lecteurs, et vivent des relations humaines où l’ego des uns et des autres tient une place forte, où dissensions, trahisons et rivalités planent, où l’incarnation et le jeu théâtral laissent libre cours à beaucoup de fantaisie et d’inventivité. Ce qui n’est pas mal comme écho à la vieille dialectique entre fond et forme, que le Nouveau Roman dynamite : l’invention est au cœur du jeu d’acteurs comme du geste de l’écrivain du Nouveau Roman, ainsi que la lutte contre l’esprit de sérieux, contre l’académisme. L’utilisation des micros et de la vidéo contribue à une remarquable circulation de la parole, et l’on découvre aussi des entretiens filmés avec des auteurs d’aujourd’hui à propos du Nouveau Roman. En toute logique, la vraisemblance n’est pas le but recherché, et la pièce fourmille de glissements et surprises. La partition est vivifiante, captivante, émancipatrice et joyeuse. Un réel bonheur…

Agnès Santi

A propos de l'événement

Nouveau Roman
du Mercredi 7 novembre 2012 au Dimanche 9 décembre 2012
_MAC CRETEIL
1 place Salvador Allende, 94000 Créteil
Maison des Arts, 1 place Salvador Allende, 94000 Créteil. Du 7 au 10 novembre à 20h. Tél : 01 45 13 19 19. Théâtre de la Colline, 15 rue Malte-Brun, 75020 Paris. Du 15 novembre au 9 décembre, du mercredi au samedi à 20h30 sauf mardi à 19h30, dimanche à 15h30. Tél : 01  44 62 52 52. Durée : 3h30 avec entracte. Spectacle vu au Festival d’Avignon 2012.
Mots-clefs :,

A lire aussi sur La Terrasse