Avignon - Propos recueillis / Olivier Letellier

Maintenant que je sais

© Christophe Raynaud de Lage

Maison du Théâtre pour Enfants / Texte de Catherine Verlaguet / mes Olivier Letellier / tout public à partir de 15 ans

Olivier Letellier a créé une grande forme, La Nuit où le jour s’est levé, et trois petites formes – Maintenant que je saisJe ne veux plus, Me taire – autour d’une même histoire captivante et forte explorant la notion d’engagement, éclairée de diverses manières. Il présente Maintenant que je sais à la Maison du Théâtre pour Enfants, un spectacle tout public à partir de 15 ans.

« Mené pendant quatre ans avec plusieurs auteurs – Catherine Verlaguet, Magali Mougel et Sylvain Levey -, le processus de création d’écritures de plateau qui a porté à la scène ces quatre pièces et formes diverses se fonde sur une histoire vraie. Celle d’une amie partie en voyage au Brésil, qui au fil de ses rencontres s’est retrouvée dans un couvent perdu auprès d’un nouveau-né abandonné (aujourd’hui âgé d’une trentaine d’années !), qu’elle a décidé de ramener en France lors d’un périple très mouvementé. Trois hommes et un circassien à la roue Cyr racontent cette histoire de femmes dans la grande forme, coécrite par les trois auteurs et façonnée au plateau. Destinés à des âges différents (grands primaires, collégiens et lycéens), les solos interprétés chacun par une comédienne éclairent la notion d’engagement en se focalisant sur des personnages annexes de l’histoire.

Forte proximité avec le public

La Sœur qui s’occupe du couvent pour Je ne veux plus, une amie grande bourgeoise qui a hébergé et aidé Suzanne pour Me Taire (solo présenté l’an dernier et créé à Chaillot), et la mère biologique du bébé, Magdalena, pour Maintenant que je sais, forme destinée aux lycéens et proposée cette année. C’est Hélène, une jeune journaliste, qui raconte l’histoire de Magdalena et Luis, opposants au régime militaire, avec lesquels elle s’est liée d’amitié. Après un premier reportage consacré aux paillettes du carnaval, Hélène s’est mobilisée pour ses amis, de plus en plus menacés. Lorsqu’elle découvre le corps torturé de Luis, le choc est terrible. Magdalena devra quant à elle accoucher en cachette dans un couvent éloigné. Dans un dispositif quadrifrontal, l’histoire politique, mais aussi humaine et sensible se déploie dans une grande proximité avec le public. La comédienne implique et prend à partie les spectateurs, l’un ou l’autre devient tel ou tel personnage. Le jeu d’adresse directe et l’utilisation de l’espace scénographique favorisent une proximité émotionnelle, amènent le public à ressentir les choses. Comme la journaliste, les spectateurs basculent de l’insouciance à la prise de conscience. La pièce peut être jouée dans de multiples espaces : hall de théâtre, médiathèque, salle de classe… Après la représentation, les échanges avec les adolescents sont souvent très forts. A la fois totalement autonomes et complémentaires, les pièces font résonner chacune de manière singulière la thématique de l’engagement. »

Propos recueillis par Agnès Santi

A propos de l'événement

Maintenant que je sais
du Mardi 11 juillet 2017 au Vendredi 28 juillet 2017
Avignon Off. Maison du théâtre pour enfants
20 Avenue Monclar, 84000 Avignon, France

à 12h10, relâche les dimanches.  Tél : 04 90 85 59 55. Durée : 55 minutes.


Mots-clefs :, , , , ,

A lire aussi sur La Terrasse

Avignon / 2017 - Gros Plan

F(l)ammes

Ahmed Madani poursuit son exploration des [...]

F(l)ammes : En savoir plus