Théâtre - Gros Plan

Lorenzaccio

Lorenzaccio, ou le cadavre du politique… Crédit photo : Pierre Grobois

Théâtre de l’Aquarium / d’Alfred de Musset / mes Catherine Marnas

Actualisant sa portée, ses mises en garde et ses leçons, Catherine Marnas met en scène le brûlot politique dans lequel Musset déplore et dénonce l’incurie et la gabegie politiques de son époque.

Le pape Alexandre Farnèse et l’empereur Charles Quint ont placé sur le trône ducal de Florence un bâtard et un homme de paille, le brutal et abruti Alexandre de Médicis, qui soumet la ville à sa perversion, en terrorisant les hommes et en violant leurs filles. Le diabolique Alexandre a trouvé son Lucifer en Lorenzaccio, son cousin par le sang et son frère par le crime. De la révolte qui gronde dans les cœurs et dans les rues, Lorenzaccio sera-t-il le complice ou le traître ? Musset écrit Lorenzaccio alors que règnent en France la mesquinerie et l’hypocrisie bourgeoises d’une monarchie médiocre et tyrannique. Il est jeune, il étouffe et ne croit plus aux idéaux de liberté et de justice. La Florence de la pièce apparaît comme le miroir de cette société lâche et veule, terrifiée et soumise. Les républicains, regroupés autour des Strozzi, rêvent de jours meilleurs et aspirent à renverser le tyran, mais ne se donnent pas vraiment la force de leurs ambitions. Chacun est prêt à vendre au plus offrant son corps, son âme ou son talent. Chacun préfère la sécurité humide du cachot aux risques tempétueux d’une vertu retrouvée.

De la Renaissance à aujourd’hui

« Nous sommes aujourd’hui dans une époque de grand doute sur la démocratie. Cette démocratie problématique se retrouve dans Lorenzaccio. Ce qui m’intéresse chez Lorenzo, c’est que c’est un impatient plutôt qu’un nihiliste complet. Il en a assez de l’immobilité. On retrouve cette situation aujourd’hui où on ne cesse de dire que la crise, comme les maladies, est chronique… » confiait Catherine Marnas à La Terrasse lors de la création de sa mise en scène. Le théâtre tend un miroir à notre époque et Catherine Marnas actualise la pièce. « Cette actualisation de Lorenzo est déjà présente chez Musset. Il s’intéresse peu à la Renaissance mais veut surtout parler de l’époque louis-philipparde. Les points communs sont nombreux : la vulgarité du politique, la toute-puissance de l’argent, des gens qui se sont battus pour des idées auxquelles ils ne croient plus. On parlera donc surtout d’aujourd’hui et tout le monde entendra ces échos ! »

Catherine Robert

A propos de l'événement

Lorenzaccio
du Mardi 26 septembre 2017 au Dimanche 15 octobre 2017
Théâtre de l’Aquarium
Route du Champ de Manoeuvre, 75012 Paris, France

Du mardi au samedi à 20h ; dimanche à 16h. Tél. : 01 43 74 99 61.


Mots-clefs :, , ,

A lire aussi sur La Terrasse

Théâtre - Critique

Traviata

Reprise de Traviata, vous méritez un avenir [...]

Traviata : En savoir plus
Théâtre - Critique

Démons

Lorraine de Sagazan s’empare de la [...]

Démons : En savoir plus