Théâtre - Critique

Théâtre 71/Caen et Lille / texte de Charles-Ferdinand Ramuz / musique d’Igor Stravinsky / mes Omar Porras.

L’Histoire du soldat

Publié le 21 novembre 2015 - N° 238

Omar Porras et ses compagnons masqués s’associent à l’ensemble 2e2m, dirigé par Benoît Willmann, pour une reprise merveilleusement jubilatoire de L’Histoire du soldat. Un très beau spectacle pour petits et grands.

Joan Monpart et Maëlla Jan dans L’Histoire du soldat.
Crédit photo : Elisabeth Carecchio
Joan Monpart et Maëlla Jan dans L’Histoire du soldat. Crédit photo : Elisabeth Carecchio

 

Le soldat Joseph revient de guerre. Dans sa musette, il a un violon. Alors qu’il se repose au bord d’un ruisseau en pensant à sa mère et à sa fiancée qu’il va bientôt retrouver, surgit un curieux bonhomme. Il lui propose de troquer son instrument contre un livre magique qui prédit l’avenir et lui permettra de devenir infiniment riche. Las ! C’est le Diable qui se cache sous les traits du vieillard généreux, et Joseph va tout perdre en espérant tout gagner. Il perd celles qu’il aime, il perd son temps, dont le Diable maîtrise l’écoulement, il perd aux cartes en croyant duper le Malin et il perd la princesse qu’il croyait pouvoir sauver. Le chef-d’œuvre musico-théâtral coécrit par Ramuz et Stravinsky offre aux artistes qui s’en emparent l’occasion de faire pétiller leurs talents. A jardin, les musiciens de l’ensemble 2e2m s’en donnent à cœur joie : leur maîtrise impeccable de la partition s’égaie de claquements de mains et de borborygmes rigolards, offrant au conte la légèreté nécessaire pour ne pas faire sombrer cette parabole faustienne dans la noirceur.

Un imagier féérique

Même équilibre dans le jeu des comédiens, par de subtils effets de clins d’œil à la salle et de pirouettes entre les différents plans de la scène : les comédiens d’Omar Porras sont des experts de la cabriole et de la mise en abyme ! Mais, en même temps, le déploiement du merveilleux est total : la magie des artifices, les surprises pailletées tombées des cintres, la beauté et la poésie des tours de prestidigitation, le surgissement inattendu des personnages et des accessoires, l’utilisation du théâtre d’ombre, des objets, concourent à créer une illusion totale. On s’y livre avec un plaisir immense et la joie sans égale d’être pris et surpris par le charme et les sortilèges des arts de la scène. Le public se retrouve dans la même situation que Joseph : comme le pauvre fantabosse, qui croit découvrir les clés du bonheur dans un livre, on rêve et jubile devant l’imagier inventif et festif de la scène. Diable d’homme qu’Omar Porras ! Non seulement parce qu’il interprète lui-même le démon, mais surtout parce qu’il parvient à créer un monde extraordinaire, où les masques, les étincelles joyeuses, les flammes inquiétantes, les maisons volantes, les arrosoirs et les oiseaux enchantés créent un univers féérique, dont la beauté soutient autant la drôlerie que la gravité métaphysique.

 

Catherine Robert

A propos de l’évènement
L’Histoire du soldat
du 17 novembre 2015 au 22 décembre 2015
Théâtre 71
3 Place du 11 Novembre, 92240 Malakoff, France

Théâtre de Caen, 135, boulevard Maréchal Leclerc, 14000 Caen. Les 2 et 3 décembre 2015 à 20h. Tél. : 02 31 30 48 00. Théâtre du Nord, 4, place du Général de Gaulle, 59000 Lille. Du 15 au 22 décembre 2015. Le 16, le 21 et le 22 à 20h, le 17 à 19h, le 19 à 15h et 19h, le 20 à 16h. Tél. : 03 20 14 24 24. Durée : 1h. Retrouvez Omar Porras, du 19 au 29 janvier au Théâtre 71, avec La Visite de la vieille dame.


Commentaires
0 commentaire(s)
Laisser un commentaire


A ne pas manquer actuellement dans La Terrasse