Jazz / Musiques - Entretien

Richard Bona ouvre Jazz à Vienne

© Rebecca Meek

JAZZ A VIENNE / OUVERTURE

Festival phare de l’été musical, accueillant les plus grandes stars du circuit (Ahmad Jamal, Angélique Kidjo, Herbie Hancock ou Jamie Cullum sont à l’affiche), Jazz à Vienne a pris la belle habitude d’ouvrir sa programmation avec une création pour le jeune public. Une priorité qui prend tout son sens quand elle se traduit par la création d’un artiste de la dimension de Richard Bona, qui propose devant 6000 enfants au Théâtre Antique une nouvelle version de son projet cubain  Heritage.

Quel sera le projet de votre concert ?

Richard Bona : On va travailler sur quelques titres de mon dernier album sorti l’an passé, Heritage, qui est une adaptation de la musique afro-cubaine. Je serai avec les élèves de trois classes d’écoles primaires. Ils ne sont pas forcément déjà musiciens, certains jouent un peu d’un instrument mais dans l’ensemble ce sera vraiment une initiation. J’aime beaucoup jouer pour les enfants. Je leur prépare quelque chose de bien : accessible, mélodieux, rythmé. Je pense qu’ils vont s’amuser et moi aussi ! On capte mieux l’attention des enfants dès que l’on s’amuse. Cette dimension manque parfois chez les pros où tout est sérieux. Moi j’aime m’amuser, je ne suis pas dépaysé avec les enfants. Ils seront 45 pour danser, jouer et chanter avec moi sur scène et… 6000 enfants dans le public. J’ai hâte d’y être.

 

« Je pense que les enfants vont s’amuser et moi aussi ! »

 

L’album Heritage a une couleur très particulière, cubaine…

R.B. : Cet album afro-cubain raconte notre histoire. Et je suis très attaché à l’Histoire. C’est une musique qui date de 5 siècles. Même s’il y a une triste histoire derrière tout ça, je préfère me pencher sur l’art, sur les mélanges, ceux de la musique des colons espagnols avec celle des esclaves africains, des esclaves chinois et bien sûr des autochtones qui habitaient déjà dans l’île. J’aime les mélanges. Cette histoire se raconte à travers les instruments : le bongo, le conga, le bata qui viennent d’Afrique, les instruments à vents comme la trompette ou le piano, européens, ou encore les maracas qui sont indiens.

Que représente pour vous l’expérience de jouer avec des enfants ? C’est forcément changer d’approche…

R.B. : Les enfants ont une sensibilité particulière. Les apparences peuvent tromper : ils ont une capacité d’écoute incroyable. Ils peuvent paraître distraits mais lorsque c’est bon, ils sont inventifs et attentifs. Je travaille souvent avec des enfants à New York. Par rapport aux musiciens pros on n’a au fond pas grand-chose à changer, il faut simplement capter leur attention. En tant que musicien on a un rôle d’éducateur. Ces moments partagés sont très importants, c’est là que parfois se produit le moment du déclic pour aller plus loin. Peut-être que l’un d’entre eux se souviendra un jour : « Whaou ! La première fois que j’ai joué avec Richard Bona ! ». J’ai toujours à l’esprit que ce moment très important peut survenir pour un ou plusieurs enfants. Comme un moment crucial pour son choix de vie.

Et vous ? Vous souvenez-vous d’un déclic ?

R.B. : Bien sûr ! C’était avec mon grand-père, dans une petite fête banale. Mon grand-père jouait des percussions mais ce jour-là, en entendant pour la première fois du balafon, je suis resté médusé ! Soudain, c’est comme si j’avais vu Dieu. J’avais 3 ans. A cet âge on est presque encore un bébé. Et pourtant… Le lendemain mon grand-père m’a fabriqué un petit balafon. Et c’était parti ! Un destin peut se jouer sur un moment comme celui-là.

 

Propos recueillis par Jean-Luc Caradec

A propos de l'événement

Richard Bona ouvre Jazz à Vienne
du Jeudi 29 juin 2017 au Jeudi 13 juillet 2017
Vienne
38200 Vienne, France

Vienne. Du 29 juin au 13 juillet. www.jazzavienne.com


Mots-clefs :, , , ,

A lire aussi sur La Terrasse

Jazz / Musiques - Agenda

La Boutique du Val

Archimusic s’invite chez… lui. Un concert à [...]

La Boutique du Val : En savoir plus
Jazz / Musiques - Agenda

Nuits du Sud

Accrochée dans les hauteurs contre-alpines de [...]

Nuits du Sud : En savoir plus