Danse - Critique

La Fresque

© Jean-Claude Carbonne

Reprise / Chaillot-Théâtre national de la Danse / chorégraphie Angelin Preljocaj

Reprise de la création d’Angelin Preljocaj, qui questionne le statut de la représentation dans notre société à travers une pièce mêlant les registres du merveilleux et du surnaturel.

Avec La Fresque, on constate de nouveau à quel point Angelin Preljocaj est doué pour raconter des histoires sans rien céder d’une exigence chorégraphique fondamentale. La Fresque s’inspire d’un conte chinois, La peinture sur le mur, et plonge aux racines du monde fantastique des contes traditionnels d’Asie, où l’apparence n’est qu’illusion et la mort n’est séparée des vivants que par un voile. Dans cet univers insolite, la chorégraphie d’Angelin Preljocaj nous fait voyager dans une « autre dimension où l’image devient lieu de transcendance et où l’être physique entre en intelligence avec elle. » Le récit est porté par la gestuelle et la très belle et sobre scénographie de Constance Guisset tout en panneaux coulissants (Asie oblige !), qui s’ouvrent et se ferment comme autant de focales différentes, et d’une « chose » protéiforme projetée sur les différents espaces du plateau, qui, au fond, est une sorte d’inconscient de ce conte d’où surgissent cheveux d’anges ou méduses, voie lactée et fantômes.

Voyage, voyages

On se laisse vite embarquer dans cette forêt de signes où les deux voyageurs, Chu et Meng, très terriens, sont caractérisés par un vocabulaire très virtuose mais conservant toujours une adhérence au sol, tandis que les moines ont une gestuelle aussi fluide qu’aérienne. Les jeunes filles ont tout d’une apparition irréelle, avec leurs mouvements alanguis et sensuels qui traversent les représentations orientalistes d’Ingres à Géricault tout en rendant, au passage, un hommage à la danse contemporaine, avec une sorte de danse des chaises qui s’inscrit directement dans l’histoire chorégraphique récente. D’une certaine façon, pour Angelin Preljocaj, cette Fresque est aussi l’occasion de revisiter l’Histoire de la danse et celle de ses propres œuvres. Ainsi cette apparition de masques qui évoquent immédiatement la danse expressionniste allemande, notamment celle de Mary Wigman, qui fut transmise à Preljocaj par Karin Waehner auprès de laquelle il étudia. Ou cette arrivée du voyageur dans l’autre monde les bras chargés de fleurs nous rappelant, de façon quasi subliminale, celle d’Albrecht à l’Acte II de Giselle. Mais on distingue aussi une sorte de traversée – de fresque  synoptique – de l’œuvre de Preljocaj au fil des ans. Il y a des scènes époustouflantes, comme ces filles suspendues par leurs cheveux, ces duos d’une sensualité délicate, qui nous entraînent dans un rêve de Mille et une nuits et d’ombres chinoises. À ce titre, les lumières d’Eric Soyer sont somptueuses. Cette métaphore bien menée révèle un imaginaire d’une belle force poétique.

Agnès Izrine

A propos de l'événement

La Fresque
du Jeudi 7 décembre 2017 au Vendredi 22 décembre 2017
Chaillot - Théâtre national de la danse
1 Place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75016 Paris, France

du mardi au samedi à 20h30 sauf jeudi à 19h30, le dimanche et samedi 16 à 15h30. Tél : 01 53 65 30 00. Durée : 1h20.


Mots-clefs :, ,

A lire aussi sur La Terrasse

Danse - Critique

Dakhla

Créée à Suresnes Cités Danse en janvier 2017, [...]

Dakhla : En savoir plus
Danse - Agenda

Cellule

Puisant dans la violence exutoire et [...]

Cellule : En savoir plus

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction