Danse - Portrait

Jérôme Bel

Crédit : Herman Sorgeloos Légende : Jérôme Bel de Jérôme Bel.

Festival d'Automne / Portrait

En neuf spectacles, dont un filmé, le Festival d’Automne dresse le portrait du trublion Jérôme Bel.

Honnis ou adulé, voilà déjà plus de vingt ans que Jérôme Bel agite la scène contemporaine. Enfant de la Nouvelle danse française, biberonné au CNDC d’Angers puis élevé chez Daniel Larrieu, Régis Obadia ou Angelin Preljocaj, il a dès sa première pièce, Nom donné par l’auteur (1994), tourné les talons et tué la mère. Instigateur de la non danse ou danse conceptuelle, à l’instar de Boris Charmatz ou Alain Buffard, il n’a de cesse de déconstruire et d’interroger les codes spectaculaires. Dans son deuxième opus, Jérôme Bel, qui fit et refit scandale, il expose, dissèque le corps nu de ses interprètes, organisme autant que lieu de culture et de construction sociale. Avec sa série de portraits, dont Cédric Andrieux, Véronique Doisneau (film), Pichet Klunchun & myself programmés au Festival d’Automne, il libère la parole des danseurs, qui deviennent sujets autant que mémoires de leur discipline.

Ouvrir la scène à d’autres corps

Sans jamais renier son aspect formel, conceptuel, l’approche de Jérôme Bel est aussi sensible et politique. Depuis plusieurs années, il s’emploie ainsi à offrir la scène à des corps qui en sont habituellement exclus. Dans Disabled Theater, il fait danser les membres du Theater Hora, une troupe d’acteurs handicapés mentaux. Dans Gala, il réunit professionnels et amateurs de tous âges et horizons. Quant à The show must go on, pièce fameuse qui fut accueillie avec une grande violence lors de sa création au Théâtre de la Ville, elle est aujourd’hui reprise par la Candoco Dance Company, qui mêle amateurs valides et handicapés. Prochaines étapes de ce bouillonnant parcours, une soirée concoctée pour le Ballet de l’Opéra de Lyon en septembre où le chorégraphe interroge l’histoire de sa discipline, répondant dans une nouvelle création au classique revisité de William Forsythe et au post-modernisme de Trisha Brown. Puis Un spectacle en moins, opus inventé spécialement pour le Festival d’Automne, dans lequel il souhaite, après le succès surprise de Gala, réduire la puissance théâtrale, le spectaculaire.

 

Delphine Baffour

A propos de l'événement

Festival d'Automne à Paris
du Mercredi 4 octobre 2017 au Samedi 16 décembre 2017
Espace Pierre Cardin
1 Avenue Gabriel, 75008 Paris-8E-Arrondissement, France

Tél. 01 53 45 17 17.

www.festival-automne.com.


Gala : du 4 au 15 octobre au Théâtre du Rond-Point, le 18 novembre au Théâtre de Chelles, le 25 novembre au Théâtre du Beauvaisis, les 2, 3 décembre au Théâtre du Fil de l'eau / Pantin, le 9 décembre à l'Espace 1789 / Saint-Ouen, les 22, 23 décembre à la MC 93.


Disabled Theater par le Theater Hora : du 6 au 9 octobre à La Commune d'Aubervilliers, du 3 au 6 novembre au Théâtre de la Ville - Espace Pierre Cardin.


Cédric Andrieux : du 17 au 19 octobre au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, du 20 au 22 octobre au Théâtre de la Ville - Espace Pierre Cardin, le 14 novembre au Théâtre de Chelles, le 15 décembre à l'Espace 1789 / Saint-Ouen.


Jérôme Bel : du 2 au 7 novembre au Théâtre de la Ville - Espace Pierre Cardin.


Véronique Doisneau (film) : le 5 novembre au Théâtre de la Ville - Espace Pierre Cardin.


Pichet Klunchun & myself : du 15 au 18 novembre au Centre Pompidou.


William Forsythe, Trisha Brown, Jérôme Bel par le Ballet de l'Opéra de Lyon : du 29 novembre au 2 décembre à la Maison des Arts Créteil.


The show must go on par la Candoco Dance Company : le 6 décembre à L'apostrophe / Cergy-Pontoise, les 8 et 9 décembre au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, du 12 au 16 décembre à la MC 93.


Un spectacle en moins : du 8 au 10 décembre à La Commune d'Aubervilliers.


Mots-clefs :, , ,

A lire aussi sur La Terrasse

Danse - Critique

Grand Finale

Dans Grand Finale, le chorégraphe nous met [...]

Grand Finale : En savoir plus
Danse - Critique

Néant

Quel solo étonnant que cette performance de [...]

Néant : En savoir plus