Théâtre - Entretien

Jean Echenoz de la page au plateau

Entretien Anne-Marie Lazarini

Théâtre Artistic Athévains / Ravel / de Jean Echenoz / mes Anne-Marie Lazarini

Au Théâtre Artistic Athévains, Anne-Marie Lazarini nous convie à un spectacle original  à l’écoute de Ravel, roman de Jean Echenoz qui retrace les dix dernières années de la vie de Maurice Ravel (1875-1937). 

« Faire entendre cette écriture et faire théâtre à partir d’elle. »

Qu’est-ce qui vous a décidée à porter à la scène ce roman de Jean Echenoz ?

Anne-Marie Lazarini : J’ai une passion pour cet écrivain ! J’ai lu tous ses romans, et  lorsque j’ai découvert Ravel lors de sa parution en 2006, j’ai été subjuguée. Je ne connaissais pas particulièrement Ravel, mais le personnage du roman tel qu’Echenoz le réinvente m’a fascinée. C’est donc à la fois le regard d’Echenoz sur ce personnage et son monde ainsi que l’écriture même qui m’ont convaincue de porter à la scène le roman. L’oeuvre retrace les dix dernières années de la vie de Ravel, de 1927 à 1937. Echenoz, lui-même mélomane et notamment amateur de jazz, s’est beaucoup documenté et crée le personnage de Ravel et son univers à partir de multiples éléments réels. Mais ce n’est pas une biographie, c’est un rêve littéraire sur Ravel.

Qu’avez-vous changé à ce roman ?

A.-M. L. : Il n’était pas question de l’adapter. J’ai simplement effectué quelques coupes, et Jean Echenoz, que j’ai rencontré, m’a donné son accord. L’enjeu du spectacle est de mettre en scène le roman, de faire entendre cette écriture et de faire théâtre à partir d’elle. Cette sorte de théâtre-récit passe constamment du direct à l’indirect, et exige un travail très souple de la part des acteurs. Michel Ouimet interprète Ravel, Coco Felgeirolles et Marc Schapira interprètent tous les autres personnages, et aussi le récit. Ce va-et-vient entre personnages et récitants détermine un rythme très musical, et dessine un univers mental presque pictural, profondément évocateur. Cette écriture merveilleuse et extraordinairement précise rappelle dans son expression même le jazz, avec ses ruptures et ses syncopes. C’est pourquoi il m’a paru juste de demander au pianiste de jazz et compositeur Andy Emler de créer une partition originale pour la pièce. Musicien et comédiens demeurent présents sur le plateau, sans entrée ni sortie, comme inscrits au cœur du livre et de l’univers de Ravel.

Comment voyez-vous ce personnage de Ravel ?

A.-M. L. : C’est un personnage bouleversant, pétri de contradictions. C’est une star mondiale, un dandy toujours tiré à quatre épingles, qui effectue une tournée grandiose aux Etats-Unis. Et c’est un homme profondément seul, un peu perdu dans la vie, un peu étranger au monde, et qui va l’être de plus en plus à cause de la maladie neurologique qui l’entrave. Le livre débute par une vaste ouverture vers l’extérieur et la tournée américaine et peu à peu se resserre jusqu’à sa mort. Cet univers est traversé par l’humour, l’ironie douce et la légère distance sur les choses de l’écriture d’Echenoz, qui m’enchante.

Propos recueillis par Agnès Santi 

A propos de l'événement

Jean Echenoz de la page au plateau
du Mardi 26 mars 2013 au Dimanche 5 mai 2013
Théâtre Artistic Athévains
45bis rue Richard-Lenoir, 75011 Paris
Du 26 mars au 5 mai, mardi 20h,  mercredi, jeudi 19h ; vendredi, samedi 20h30 ; samedi, dimanche 16h ; relâche lundi. Tél : 01 43 56 38 32.
Mots-clefs :, , ,

A lire aussi sur La Terrasse

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction