Théâtre - Critique

J’accrocherai sur mon front un as de cœur

J’accrocherai sur mon front un as de cœur, à l’Espace Cirque d’Antony. Crédit : Christophe Raynaud de Lage

Espace Cirque d’Antony / de la Compagnie Pagnozoo / mes Anne-Laure Liégeois
CIRQUE

C’est le fruit d’une rencontre sous chapiteau. Celle des voltigeurs équestres de la Compagnie Pagnozoo et de la metteure en scène Anne-Laure Liégeois. J’accrocherai sur mon front un as de cœur nous invite à une suite de chevauchées teintées de rêveries. Entre corps à corps acrobatiques et rythmes de tangos.  

Les Pagnot viennent d’un petit village de Franche-Comté. L’histoire de cette famille de voltigeurs à cheval a commencé il y a trente ans, dans les années 1980, lorsque Jacques, le patriarche, fonde une compagnie de cirque équestre sous chapiteau. Pagnozoo est née. De père à fille (Alice), à fils (Calou et Johan) et à belle-fille (Nolwen Gehlker) ; de grand-père à petits-enfants (Lilia et Soan, enfants de Nolwen et Calou) : c’est une véritable lignée d’artistes circassiens qui s’est au fil des ans constituée. Et qui présente aujourd’hui, à l’Espace Cirque d’Antony, J’accrocherai sur mon front un as de cœur. La particularité de cette nouvelle création est d’avoir vu le jour à partir d’un dialogue entre cette famille des arts de la piste et la metteure en scène de théâtre Anne-Laure Liégeois. L’idée de cette rencontre est venue du Théâtre Firmin Gémier – La Piscine (Pôle national des arts du cirque depuis 2011) qui connaît bien la Compagnie Pagnozoo pour avoir présenté, en 2015, le spectacle Emmène-moi. Le résultat de ce brassage artistique est très touchant. A l’image d’une rêverie physique, athlétique, mais également empreinte de sensibilité. D’une grande délicatesse.

Kala, Oman, Leston, Jazzy…, et quatre autres chevaux

En un peu plus d’une heure, on assiste à une suite de tableaux déployant virtuosité équestre, ainsi qu’une forme de poésie concrète, terrienne, qui donne naissance à toutes sortes d’émotions. Huit chevaux entrent et sortent. Vont au pas. Au trot. Accomplissent des tours de piste dans des corps à corps acrobatiques, ou fusionnels, avec leurs partenaires humains. Une jeune femme en robe de tulle lit un livre, tranquillement, comme extirpée du monde ouaté d’un conte poétique. Un autre personnage, plus quotidien, débarque d’on ne sait où. Etranger dans un monde qui le découvre et l’accueille, il fait l’apprentissage de la relation à l’animal. Il y a également le quatuor de la bandonéoniste Louise Jallu (Tango Carbón) qui, installé sur une mezzanine, fait naître une très belle atmosphère de tango (la composition est cosignée par Bernard Cavanna). Accessible à partir de cinq ans, J’accrocherai sur mon front un as de cœur nous séduit par ses numéros de voltige aventureux. Mais aussi par une façon de parler de respect, de complicité, de rapport à l’autre : qu’il soit humain ou animal.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

J’accrocherai sur mon front un as de cœur
du Vendredi 24 novembre 2017 au Samedi 23 décembre 2017
Théâtre Firmin Gémier – La Piscine
Rue Georges Suant, 92160 Antony, France

. Les vendredis et samedis à 20h, les dimanches à 16h, le samedi 9 décembre à 18h, le samedi 23 décembre à 15h et 20h. Durée du spectacle : 1h10. Tél. : 01 41 87 20 84. www.theatrefirmingemier-lapiscine.fr


Egalement du 26 au 28 janvier 2018 à Goussainville, du 8 au 10 juin au Cirque Théâtre d’Elbœuf.


Mots-clefs :, , , , ,

A lire aussi sur La Terrasse

Théâtre - Critique

La dernière bande

Sur la scène du Théâtre Kléber-Méleau, Omar [...]

La dernière bande : En savoir plus

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction