Avignon - Entretien / Clément Hervieu-Léger

Impromptu 1663 ou Molière et la querelle de l’Ecole des Femmes

Crédit : Sébastien Dolidon Légende : Clément Hervieu-Léger.

Gymnase du Lycée Saint-Joseph / d’après Molière / mes Clément Hervieu-Léger

Le pensionnaire de la Comédie-Française Clément Hervieu-Léger met en scène les élèves du Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris dans un spectacle conçu à partir de plusieurs pièces de Molière.

De quoi se compose cet Impromptu 1663 ?

Clément Hervieu-Léger : Ce spectacle est construit autour de L’Impromptu de Versailles, de L’Ecole des Femmes, de La Critique de l’Ecole des Femmes, des Précieuses ridicules et de La jalousie du Barbouillé. J’ai eu envie de travailler autour des réponses faites par Molière à ses détracteurs au moment de la querelle de L’Ecole des Femmes. Molière répond aux attaques en faisant du théâtre. Et c’est une révolution dramaturgique beaucoup plus importante qu’on pourrait le penser. Car dans La Critique de l’Ecole des Femmes et L’Impromptu de Versailles, au-delà des réponses formelles faites à ses adversaires, Molière invente du jeu théâtral. Ces deux textes sont des pièces courtes, qui se déroulent en temps réel, sans action, avec seulement du discours et une pensée qui se construit à vue, devant les spectateurs. Ainsi, dans La Critique…, on découvre des gens qui viennent de sortir du théâtre et qui en parlent pendant une heure. Dans L’impromptu…, c’est le même principe dans le rapport au temps, mais en plus Molière joue son propre rôle : il se met lui-même en scène avec les membres de sa troupe. Aujourd’hui, nous sommes habitués à ce genre de théâtre, mais à l’époque, c’était révolutionnaire.

« Molière nous permet non seulement de parler de nous-mêmes, mais aussi de notre commune humanité. »

A travers ce projet, qu’aviez-vous envie de transmettre aux élèves du Conservatoire ?

C. H-L. : J’avais envie de leur dire que les réflexions que l’on déploie, aujourd’hui, sur le théâtre, peuvent être menées à travers des textes classiques. Car ces textes parlent aussi des femmes et des hommes du XXIème siècle que nous sommes. Le théâtre classique peut vite avoir la réputation d’être un peu ennuyeux, d’appartenir à une autre époque. Les jeunes comédiens croient parfois que si l’on veut être engagé aujourd’hui, y compris politiquement, il faut travailler sur des textes contemporains. Or je pense qu’il n’y a pas un auteur plus politique que Molière. Bien sûr, il nous parle autrement, ce n’est pas Brecht, c’est moins frontal. Mais Molière ne cesse d’interroger la manière dont les hommes vivent ensemble. Et ça, c’est profondément politique.

Comment ces jeunes acteurs et actrices sont-ils entrés dans l’univers de Molière ?

C. H-L. : Pour la plupart d’entre eux, ils n’avaient jamais travaillé sur une pièce de Molière. Et ce qui m’a beaucoup ému, c’est qu’assez vite, au fur et à mesure des répétitions, je les ai vus prendre conscience que Molière leur permettait de se raconter eux. Il se sont approprié cette langue, ont développé une proximité avec elle qui leur a permis de réaliser l’extrême richesse de ce théâtre-là. Car Molière nous permet non seulement de parler de nous-mêmes, mais aussi, plus généralement, de notre commune humanité.

 

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Impromptu 1663 ou Molière et la querelle de l’Ecole des Femmes
du Lundi 17 juillet 2017 au Mercredi 19 juillet 2017
Festival d'Avignon. Gymnase du lycée Saint-Joseph
62 Rue des Lices, 84000 Avignon, France

à 14h. Tél : 04 90 14 14 14. Durée : 2h.


Mots-clefs :, , ,

A lire aussi sur La Terrasse

Avignon / 2017 - Agenda

Ici-bas

« Fable migratoire pour tous », Ici-bas de [...]

Ici-bas : En savoir plus
Avignon / 2017 - Agenda

Night in white Satie

Créé l’année dernière par Pierre Notte, à [...]

Night in white Satie : En savoir plus
Avignon / 2017 - Entretien / Caroline Guiela Nguyen

Saïgon

Pour Caroline Guiela Nguyen, metteuse en [...]

Saïgon : En savoir plus