Focus -257-Plexus Polaire, la marionnette et son double

Cendres

Troisième création de Plexus Polaire, Cendres relate l’histoire vraie d’un pyromane du Sud de la Norvège, à la fin des années 70. Un ardent poème visuel.

L’univers de Yngvild Aspeli est peuplé de personnages ambigus, en prise avec des forces qui les dépassent. Dans Signaux (2011), un homme était en effet obsédé par sa main perdue dans un accident, tandis que dans Opéra opaque (2013), une ancienne diva jouait un jeu étrange avec la mort. Le protagoniste principal de Cendres ne fait exception ni au macabre ni à la dualité de ses deux prédécesseurs. Pyromane ayant ravagé son village en 1978, il erre comme eux à la lisière de la folie. Incapable de résister à ses pulsions. Librement adapté de Avant que je me consume du Norvégien Gaute Heivoll, ce troisième spectacle de la compagnie Plexus Polaire confirme le talent de celle-ci à mettre en forme les failles qui logent en chacun. Autour d’une marionnette à taille humaine, Yngvild Aspeli et ses collaborateurs issus de contrées diverses déploient un langage hybride qui se passe de mots.

Un cœur en flammes

Sur un plateau obscur, trois acteurs-marionnettistes donnent vie non seulement au criminel, mais à quelques figures secondaires. À un écrivain qui décide de mettre en récit l’histoire du pyromane aussi, interrogant ses propres fragilités. Son penchant pour la déviance. Interprété avec force par Pierre Tual, fidèle collaborateur de la compagnie, ce narrateur offre à Yngvild Aspeli la possibilité de développer plusieurs niveaux de lecture. De creuser le trouble créé par les marionnettes semi-réalistes de tailles diverses qui composent la partition visuelle de Cendres. Les frontières entre sujet et objet s’estompent : chacun est potentiellement pompier et pyromane. Dans la pénombre éclairée par les vidéos de David Lejard-Ruffet, chacun oscille entre la vie et la mort. Plexus Polaire ne plonge pourtant jamais dans une noirceur totale. Une certaine tendresse se dégage de la narration fragmentée de Cendres. Ainsi qu’une poésie qui transcende le pire.

Anaïs Heluin

 

 

En tournée. www.plexuspolaire.com.

Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes, les 22 et 23 septembre 2017. www.festival-marionnette.com

Également le 28 septembre à l’EPCC Bords de Scène de Vitry-le-François (51), du 23 au 25 novembre au TJP à Strasbourg (67), le 8 décembre au Théâtre le Passage à Fécamp (75), le 12 décembre au Studio Théâtre de Stains (93), le 13 février 2018 au Théâtre du Fil de l’Eau à Pantin (93).

A propos de l'événement

Cendres


Mots-clefs :

A lire aussi sur La Terrasse

Plexus Polaire, la marionnette et son double

Un langage de l’intime

D’origine norvégienne et installée avec sa [...]

Un langage de l’intime : En savoir plus
Plexus Polaire, la marionnette et son double

Chambre noire

Après une création en Norvège, Yngvild Aspeli [...]

Chambre noire : En savoir plus