Classique / Opéra - Entretien / Esteban Benzecry

Entre deux mondes

photo © Fernanda Caputi Monteverde

PRESENCES 2015 / STUDIO 104 / RADIO-FRANCE LES DEUX AMERIQUES Du 6 au 21 février, le nouvel auditorium de Radio France accueille le plus important festival parisien dédié à la musique contemporaine. Quatorze concerts sont au programme pour dresser le portrait musical contrasté et souvent haut en couleurs des deux Amériques. Douze commandes du festival et dix-sept créations mondiales ponctuent une programmation qui met à l’affiche, aux côtés de jeunes plumes encore peu connues, de nombreuses références américaines, de John Adams à John Cage, de Charles Ives à Steve Reich. Amérique du Sud / Argentine

Né en 1970, le compositeur Esteban Benzecry a d’abord été formé à la composition en Argentine avant de poursuivre ses études à Paris au CNR puis au CNSM de Paris. Sa musique semble porter cette double empreinte sud-américaine et européenne en réussissant la fusion entre des langages esthétiques typiques de la musique contemporaine européenne et des rythmes traditionnels d’Amérique latine. Une démarche incarnée dans une de ses œuvres récentes, Rituales Amerindios, création française, élevée au rang de « tube » par son dédicataire Gustavo Dudamel qui l’a beaucoup dirigée. Deux autres créations d’Esteban Benzecry sont aussi à l’affiche de Présences 2015.

En quoi vous considérez-vous comme compositeur sud-américain ?

Esteban Benzecry : Il est difficile de décrire ma musique sans risquer de l’enfermer. Dans mes œuvres les plus récentes, je me nourris des racines de mon continent, un continent musical qui contrairement à la vieille Europe, a encore un folklore très vivant et fertile dont  nous pouvons nous nourrir comme source d’inspiration. La fusion de ces racines et l’intégration des procédures de la musique occidentale contemporaine pourrait peut-être définir ma musique dans la lignée d’un « folklore imaginaire », initié par des compositeurs souvent peu connus en France tels que l’argentin Alberto Ginastera, le brésilien Heitor Villa-Lobos ou les mexicains Carlos Chavez et Silvestre Revueltas parmi beaucoup d’autres. Mais alors que nous avons en commun les mêmes sources d’inspiration, le contexte et mes influences esthétiques sont très différents.

« La France est un pays où j’ai pu me développer tout en restant fidèle à ma voix intérieure. »

Madre Tierra et les Rituales font référence à l’Histoire ou les mythologies précolombiennes…

Esteban Benzecry : Dans ma musique j’utilise certains éléments tels que des tournures mélodiques, des rythmes folkloriques ou des légendes de la mythologie de l’Amérique latine, mais sans la prétention de faire de l’ethnomusicologie, plutôt en utilisant ces éléments de façon très intuitive comme source d’inspiration pour développer ma propre langue qui se nourrit de ces deux mondes. Rituales Amerindios est née d’une commande de l’orchestre de Göteborg et a été reprise plusieurs fois par Gustavo Dudamel.  Les trois mouvements de ce triptyque sont : Ehécatl (dieu du vent aztèque), Chaac (dieu de l’eau maya), Illapa (dieu de tonnerre inca).  Madre Tierra est une commande de Radio France, c’est un diptyque dont les mouvements sont : Pachamama (Terre-Mère en langues quechua et aymara), Ñuke Mapu (Terre-Mère en langue mapuche). Le rituel de Pachamama vise à remercier la Terre pour les offrandes qu’elle nous a accordées durant l’année passée. Cette tradition se pratique toujours dans le nord-ouest de l’Argentine.

Le Concerto pour violoncelle, qui sera créé par Gautier Capuçon, semble pouvoir relever d’une autre inspiration… Peut-être plus « française » ? Quelle est la marque de la musique française dans votre musique ?

Esteban Benzecry : Je suis très attaché aux couleurs de la palette orchestrale de la musique française : Ravel, Debussy, Messiaen, Dutilleux, la musique spectrale… Dès mon arrivée en France, la connaissance de la musique française d’aujourd’hui m’a beaucoup apporté, ainsi que mon bref passage dans la classe d’électroacoustique du CNSM de Paris, même si je suis plutôt un « symphonique ». Cela a beaucoup enrichi ma palette orchestrale. Il y a un « avant » et un « après » mon arrivée en France. La France est un pays où j’ai pu me développer tout en restant fidèle à ma voix intérieure. La musique concertante a une place importante dans mon catalogue, j’ai composé des concertos pour violon, piano, clarinette entre autres. Ce nouveau concerto est né d’une commande de Radio France et je survole une espèce de parfum d’un folklore imaginaire insinué, mais jamais dit.

 

Propos recueillis par Jean Lukas.

A propos de l'événement

Esteban Benzecry
du Vendredi 6 février 2015 au Samedi 21 février 2015
Maison de la Radio
116 Avenue du Président Kennedy, 75016 Paris, France

Vendredi 6 février à 20 h au Studio 104 (Concerto pour violoncelle, création mondiale). Avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France (dir Manuel Lopez-Gomez) et Gautier Capuçon (violoncelle).


Jeudi 19 février à 20 h au Studio 104 (Madre Tierra, création mondiale). Avec l’Orchestre National de France (dir Giancarlo Guerrero)


Samedi 21 février à 20 h au Studio 104 (Rituales Amerindios, création française). Avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France (dir Diego Matheuz).


 


Tél. 01 56 40 15 16. Places : 15 € (gratuit pour les moins de 28 ans).


Mots-clefs :, ,

A lire aussi sur La Terrasse

Classique / Opéra - Agenda

Fazil Say

Le pianiste donne un récital intégralement [...]

Fazil Say : En savoir plus