Danse - Critique

Dança doente

Crédit : Mauricio Pokemon Légende : Dança doente de Marcelo Evelin.

T2G – théâtre de Gennevilliers / Chor. Marcelo Evelin

Après Matadouro, De repente fica tudo preto de gente et Batucada, inspirés de l’histoire et de la tradition du Brésil, c’est aujourd’hui du côté du Japon que se tourne Marcelo Evelin qui invente un fascinant processus de transformation hanté par la maladie et la mort.

Les premières performances de Tatsumi Hijikata, créateur du butô, s’appuient sur la fureur et l’âpreté, sur la démesure et la violence. Il révoque toute image euphorique du corps, découvrant sa part monstrueuse, sale, ténébreuse. Cette « danse du corps obscur » flirte avec un érotisme androgyne et fait retour aux anciens rites shintô voire au chamanisme. C’est à cette source que le chorégraphe brésilien Marcelo Evelin a été se baigner. Les dix danseurs (dont Marcelo Evelin) viennent sur scène exposer une gestuelle qui se raréfie et frôle l’invisible, allie l’abject et le sacré. Elle se dérobe aux regards par un jeu subtil d’ombres d’où émerge une intense présence. Dança doente, « danse malade », est aussi un titre dérobé à Hijikata dont la dernière œuvre s’appelait : La danseuse malade.

Danse macabre

Malade, car puisant son inspiration gestuelle dans des tressautements, des raidissements, des hésitations, et finalement des tremblements qui jouxtent la transe. Malade, aussi, car la sexualité y est traitée comme littéralement « ob-scène » au sens où tout se joue en arrière-plan, derrière un rideau occultant qui barre la vue du spectateur jusqu’au mi-corps des interprètes. D’autant que l’anatomie de chacun est soulignée, soit par des collants noirs fins et transparents, soit par de magnifiques drapés qui dénudent les corps plus qu’ils ne les habillent. Plus la pièce se déroule sur un rythme ultra lent, plus la sexualité devient insistante et crue – jusqu’à d’ailleurs être affirmée frontalement dans une scène frisant le malaise. L’attrait de ce spectacle tient sans doute d’abord à ses défauts. On finit par se laisser prendre à son côté désordonné, mal maîtrisé, un peu flou, trop long sûrement, un peu comme une traversée maritime où le temps vire à l’immobilité illusoire. Mais la dernière image, à elle seule, suffirait à le sauver.

Agnès Izrine

A propos de l'événement

Dança doente
du Jeudi 19 octobre 2017 au Lundi 23 octobre 2017
T2G - Théâtre de Gennevilliers
41 Av. des Grésillons, 92230 Gennevilliers, France

Lun., jeu. et ven. à 20h, sam. à 18h, dim. à 16h. Tél. :  01 41 32 26 26.  Durée : 1h30. Dans le cadre du Festival d’Automne à Paris.


Mots-clefs :, ,

A lire aussi sur La Terrasse

Danse - Agenda

Logique du pire

Étienne Lepage et Frédérick Gravel ont [...]

Logique du pire : En savoir plus
Danse - Entretien / Boris Charmatz

10000 gestes

10000 gestes se présente comme une pluie de [...]

10000 gestes : En savoir plus

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction