Jazz / Musiques - Gros Plan

SEINE-SAINT-DENIS / FESTIVAL

Banlieues Bleues

Publié le 25 janvier 2017 - N° 251

La première semaine de Banlieues Bleues annonce la couleur : arc-en-ciel.

Le néerlandais James Zoo sera l’une des découvertes du festival Banlieues Bleues…
© Akkerma
Le néerlandais James Zoo sera l’une des découvertes du festival Banlieues Bleues… © Akkerma

C’est reparti. Comme tous les ans, le festival qui met du bleu dans le ciel de la banlieue parvient à concilier dans une même programmation nouvelles têtes et grands classiques. Pour preuve, le concert d’ouverture (le 3) où le nom de Tony Allen, émérite batteur nigérian qui fut le partenaire particulier de Fela, devrait permettre à beaucoup de découvrir Binker & Moses, un duo qui associe deux musiciens (saxophone et batterie) repérés depuis quelque temps derrière bien des projets qui comptent outre-Manche. Le lendemain, la soirée sera dédiée aux talents émergents, avec la saxophoniste norvégienne Mette Henriette, sociétaire du label ECM, le guitariste d’Oslo Stian Westerhus et surtout James Zoo, prodige des claviers qui a publié l’an passé un premier album des plus renversants, “Fool” sur le très connecté Brainfeeder.

 

L’histoire au futur des suggestifs

 

Le 7, on retrouvera deux habitués du festival, qu’ils ont eu l’heur de fouler en diverses circonstances : le violoncelliste Vincent Courtois développe sur deux ans Les Démons de Tosca, un projet multiforme et multimédia autour du livret de Puccini pour questionner la figure du « démon dans l’invention artistique » ; le guitariste Noël Akchoté monte un KCS Project (Han Bennink à la batterie !) qui se donne pour mission de réinvestir quelques classiques de l’histoire pour mieux sillonner vers l’avenir. Last but not least, le guadeloupéen Roger Raspail, homme de main qui fait pulser les lendemains depuis plus de quarante ans, se présente le 8 – enfin ! – sous son nom à l’occasion de la parution de son subtil “Dalva”. Ça promet !

Jacques Denis

 

Commentaires
0 commentaire(s)
Laisser un commentaire


A ne pas manquer actuellement dans La Terrasse